Participants

Les personnes provenant d’établissements (MAS et FAM d’Oberkirch), ont des limitations fonctionnelles qui imposent une aide humaine dans tous les actes de la vie quotidienne.Malgré, ou à cause, de ces limitations, beaucoup de résidents ont le désir de vivre des moments extra-ordinaires, de découvrir le monde et les autres, de dépasser leurs limites.

Ce voyage ne peut être ouvert à tous. Les aspects médicaux, la capacité des résidents à passer plusieurs heures dans une joëlette et leur motivation dans le temps sont les premiers critères dont il faut tenir compte.

Ceci a été parfaitement compris par ceux qui devront rester, et la magie de ce projet fait que tous, même ceux qui savent qu’ils ne partiront pas, s’investissent dans sa préparation. Certains vont participer à des actions de recherche de financements, certains sont des supporters de ceux qui vont s’entraîner, certains en parlent autour d’eux…

Pour les équipes de professionnels aussi, ce projet est une façon de renouveler le sens de leur action et de leur engagement dans leurs métiers.

Nous sommes donc tous engagés, à la MAS et au FAM, et avec nos partenaires, pour que cette aventure commune entre personnes valides et personnes très lourdement dépendantes soit une réussite.

Les pilotes des joëlettes

↓ Lire la suite

Maïté Spenlé

maiteJ’ai 24 ans et je suis la benjamine d’une fratrie de 3 sœurs. Je suis atteinte d’Infirmité Motrice Cérébrale et ce, depuis ma naissance. Je suis née à Revin, en Champagne-Ardenne.

J’ai suivi un parcours scolaire normal jusqu’en 5ème puis adapté jusqu’à la fin du collège où j’ai obtenu mon brevet. Par la suite j’ai intégré un Etablissement Régional d’Enseignement Adapté à Flavigny en Lorraine où j’ai obtenu un BEP comptabilité.

Suite à cela, je me suis orienté vers l’humanitaire où j’ai pu faire quelques stages dans divers associations dont le secours catholique. Ce choix n’est pas innocent car rencontrer les autres, les aider dans la mesure de mes moyens, me renforce et me donne la sensation de faire partie de la société, d’être simplement quelqu’un.

J’ai intégré le Foyer d’Accueil Médicalisé Oberkirch en 2011, car vivant jusque là chez mes parents, j’ai ressenti le besoin d’aller vivre ma propre vie et de quitter le cocon familial.

Le sport tient une place prépondérante dans ma vie. Je pratique, entre autres, la natation, l’équitation et la danse en fauteuil.

Le sport, par les qualités physiques et morales qu’il requiert, m’aide à mon épanouissement personnel. Les notions de limites liées au handicap disparaissent car le sport, avant tout, pose la question de ses propres limites et du dépassement de celles-ci.

Lorsque je fais du sport, le handicap ne compte plus, je suis face à mes envies, mes besoins, mes objectifs et mon corps suit le mouvement.

Le projet d’effectuer un trek en joëlette en Inde est véritablement important pour moi. Au-delà de l’intérêt que je porte à cette aventure physique et sportive, qui me permettrait de me lancer de nouveaux défis, c’est tout l’aspect humain qui me pousse à y aller.

Rencontrer les autres, voir comment ils vivent, partager au travers de moments intenses en émotion, établir des liens forts avec les accompagnateurs valides du projet en surmontant ensemble les difficultés du parcours, être un membre à part entière d’une équipe…. Bref, ce projet me donne l’opportunité d’être totalement incluse dans un groupe, sans avoir à subir les stigmatisations liées au handicap, d’être une personne à part entière, d’être moi, de me découvrir et redécouvrir.

↑ Masquer
↓ Lire la suite

David Côté

davidJ’ai 36 ans, je suis né à Baden-Baden (région du Bade-Wurtenberg en Allemagne) de parents français (mon père étant militaire stationné là-bas) et je suis le benjamin d’une fratrie de 3 enfants.

Je souffre d’une Infirmité Motrice Cérébrale liée à une atteinte néonatale ayant provoquée une paralysie des quatre membres auxquelles sont associées d’importantes limitations articulaires et mouvements involontaires. La paralysie a aussi touché mon visage, limitant plus que sérieusement ma parole.

Ma principale motivation pour participer à ce projet est mon envie, mon besoin de voyager. Cela représente pour moi, l’opportunité de changer mon quotidien, de sortir de l’institution. De plus, ce projet me permettra de visiter un pays lointain que je ne connais pas mais qui m’attire.

Mon handicap m’a, jusqu’à présent, considérablement limité dans mes destinations : ce voyage sera une première pour moi, à bien des égards : je n’ai jamais pu voyager au-delà de la France.

Autre motivation importante pour moi : la joëlette. Je monte de façon régulière, à cheval, ce qui, au-delà des bienfaits que m’apporte la pratique d’une activité physique, me permet d’accéder à des endroits qui me sont interdits le reste du temps, lors de mes déplacements en fauteuil roulant. Ce principe même de liberté de mouvement, je le retrouve en utilisant la joëlette : aller là où toute personne valide peut accéder, quitter mon fauteuil roulant et ainsi mon statut de personne handicapée physique, est une sensation qui n’a pas de prix pour moi.

Enfin, je suis quelqu’un de très sociable : j’ai un besoin constant de m’entourer de personnes et je suis toujours à la recherche de nouvelles rencontres. Ce projet de voyage représente pour moi une formidable aventure sur le plan humain. Que cela soit de vivre des moments intenses qui resserreront les liens avec mes accompagnateurs, ou de rencontrer, au détour de notre parcours, des gens issus d’un milieu et d’une culture différente, voilà aussi ce qui m’attire dans ce projet.

Je terminerai par dire que ce trek représente pour moi, un rêve qui me semblait, jusqu’à présent inaccessible. Aujourd’hui j’ai la possibilité, et ce, malgré mon handicap, de dire que le rêve est encore possible.

↑ Masquer
↓ Lire la suite

Micheline Stark

michelineJ’ai 52 ans et je suis la sixième d’une fratrie de 7 enfants. Je suis atteinte d’Infirmité Motrice Cérébrale et ce, depuis ma naissance.

Les conséquences de ma pathologie sont que je ne peux me déplacer autrement qu’en fauteuil roulant et que j’ai besoin d’aide pour la réalisation des gestes de la vie quotidienne (comme le lever, la toilette, l’habillage et une aide à la prise des repas). De plus, je n’ai pas accès à la parole, mais je suis pleinement capable de m’exprimer par l’intermédiaire d’un support écrit.

Je pratique de façon régulière des activités physiques et sportives telles que l’équitation, la natation, la danse en fauteuil et du vélo. Le sport est très important pour moi car c’est l’occasion régulière de faire fi de mon statut de personne handicapée physique.

Pouvoir se dépasser, repousser ses limites, quitter pour un instant le fauteuil roulant sont des moments incontournables dont j’ai un besoin vitale pour me sentir personne à part entière, une personne comme une autre.

C’est en cela que le projet de faire un trek en joëlette en Inde représente pour moi une formidable, et sans doute unique, opportunité.

J’attends aussi de ce projet d’en retirer des leçons de vie au travers des rencontres faits avec les habitants de la région traversée. Partager leur quotidien, leur mode de vie sera sans aucun doute, pour moi, un support pour porter un regard neuf sur ma condition de personne handicapée vivant dans une société industrialisée et riche.

J’ose aussi espérer que le fait d’aller au bout de ce projet changera la vision que l’on peut se faire de moi et de façon plus général du handicap physique

↑ Masquer
↓ Lire la suite

Laurent Pohl

laurentJe suis âgé de 44 ans. Né à Strasbourg, je suis l’ainé d’une fratrie de 3 enfants. Suite à une méningite contractée en 2005, je me retrouve aujourd’hui en situation de handicap physique.

La perte de mes capacités physique suite à la maladie a été pour moi comme une petite mort. Je ne pouvais plus faire ce que j’aimais par-dessus tout. La conséquence directe de cet état de fait a été un repli sur moi et une rupture avec le monde extérieur.

Ce n’est que depuis 2012 que, suite à un travail fait sur moi et accompagné par des professionnels de l’établissement, je me rends compte que ma vie est loin d’être fini. J’ai repris le sport alors que je pensais que cela n’était plus possible. Je pratique la natation et le tir sportif, ce qui n’est qu’un début dans ce que je considère comme une renaissance.

Vous comprendrez, je pense, l’importance que peut prendre pour moi, aujourd’hui, ce projet de trek en Inde :

Dans un premier temps, une aventure sportive : ce projet est une occasion pour moi de retrouver des sensations passées, certes adaptées dans la mesure du possible à ma situation de personne handicapées physiques, mais bien réelles. Pouvoir retrouver tout ce qui m’a attiré et fait exister dans la pratique sportive : trouver ses limites, les dépasser, se construire autour, être soi, être moi, une personne…voilà l’opportunité que je veux saisir en participant à ce raid.

Enfin une aventure humaine qui consistera, au travers de la rencontre avec les autres qu’ils soient accompagnateurs ou habitants de la région visitée, à faire abstraction de mon statut de personne en situation de handicap pour ne laisser place qu’à l’être humain. Renouer des liens au travers des épreuves du parcours, faire partie d’un collectif, d’une équipe avec un objectif à atteindre. Partager, que cela soit avec mes équipiers ou avec les gens rencontrés et au travers de ce partage analyser et, je l’espère, modifier mon regard sur ma situation de personne « dite » handicapée.

J’espère avoir réussi à vous montrer, à l’aide de ces quelques lignes, l’importance que peut représenter ce projet, et les enjeux personnels qui y sont rattachés, même si j’ai beaucoup de difficulté, au travers des mots employés, à refléter mes émotions et mes sentiments.

↑ Masquer
↓ Lire la suite

Lobna Herri

lobnaIssue d’une famille de 5 enfants dont je suis la troisième, j’ai 37 ans et je suis née à Strasbourg. Je suis atteinte d’Infirmité Motrice Cérébrale depuis ma naissance.

Cette volonté d’être autonome est ce qui me motive dans ma vie de tous les jours. Chercher à s’améliorer, repousser les limites du faisable, pouvoir réaliser par soi même les gestes de la vie quotidienne en ayant de moins en moins besoin d’aide pour, au final, pouvoir, un jour prochain, vivre en appartement seule, ce sont les défis quotidiens que je me lance.

Cette recherche d’autonomie constante est aussi une façon d’essayer de changer le regard des gens sur moi et sur la personne handicapée physique en générale. Je veux montrer qu’au-delà de l’image d’un corps handicapé, il y a une personne qui peut vivre sa vie comme tout le monde, mais aussi réaliser des projets, vivre des aventures qui peuvent sortir de l’ordinaire.

Le sport est pour moi aussi un bon moyen de travailler mon autonomie. Je pratique de façon régulière et ce depuis des années l’équitation et la natation.

Si aujourd’hui, je souhaite participer à ce projet de Trek en Inde, c’est parce que celui-ci, au-delà du dépaysement, de la découverte d’un pays, d’une civilisation, va me permettre de me confronter et de faire le point sur ma réalité, sur ce que je suis et ce que je veux être.

C’est l’occasion unique de tester et de dépasser mes limites qui plus est, en dehors d’un cadre institutionnel.

Ma participation a cette aventure doit permettre de changer mon regard sur ma situation, mais aussi je l’espère changer le regard qu’on les autres sur moi et sur la personne handicapée en général.

↑ Masquer
↓ Lire la suite

Christian Schrenck

christianJe suis âgé de 52 ans, et je suis l’ainé d’une fraterie de 2 enfants. Je suis traumatisé crânien suite à un accident de moto survenu en 1986.

Avant cet évènement qui a changé ma vie, je travaillais dans le transport routier et j’étais passionné de voyage (Egypte, USA, Europe de l’Est, …) : aller vers l’autre, rencontrer des personnes de culture différente, m’adapter à des modes de vie inhabituels pour le français que je suis… voilà ce qui me motivait dans ces aventures.

Si ma situation a changé du fait de cet épisode tragique, ma soif de découverte et d’aventures, elle,reste toujours la même.

Aujourd’hui j’ai l’opportunité, sans doute unique, de partir à la découverte d’un pays que je ne connais qu’à travers des films ou des images : l’INDE.

Pays de magie et de mystères, pour moi ce projet de voyage en INDE reprèsente un double défi :

Un défi physique : parcourir le pays « à pied » grâce à la joëlette qui va me permettre d’accéder à des endroits où je ne pourrais me rendre en fauteuil roulant, là où il n ‘y a pas de routes. Ceci en raison de 15 à 20 km par jour. Une aventure sportive où le dépassement de soi sera quotidien.

Un défi humain qui consistera, au travers de la rencontre avec les autres qu’ils soient accompagnateurs ou habitants de la région visitée, à faire abstraction de mon statut de personne en situation de handicap pour ne laisser place qu’à l’être humain.

Ce projet est une occasion pour moi de retourner dans « ma vie d’avant », en retrouvant des sensations passées, certes adaptées dans la mesure du possible à ma situation de personne handicapées physiques, mais bien réelles.

Ma participation à cette aventure doit permettre de changer mon regard sur ma situation, mais aussi je l’espère changer le regard qu’on les autres sur moi et sur la personne handicapée en général.

↑ Masquer
→ Retour haut de page

Les cylindrés

↓ Lire la suite

Raphaël SCHULER

Raphaël SCHULER(membre de Dunes d’espoir), bientôt 40 ans, j’adore le
sport ( Course à pied, trail et Ultra-trail, VTT, équitation ), la nature
et les animaux…

Mon quotidien est en partie organisé autour de ma responsabilité dans
l’entretien des écuries et des pensionnaires des « Amis du cheval de
Strasbourg » situé dans le même quartier que la MAS Oberkirch.

J’ai entendu parler de ce projet alors qu’il était déjà bien avancé, et
c’est ainsi que j’ai proposé mon aide dans le cadre de la préparation
« physique »  du personnel de la MAS.

Courir est pour moi indispensable, cela me permet de sortir un peu de mon
quotidien réglé comme du papier à musique, et si je peux « prêter » mes
jambes pour de telles actions c’est avec un grand plaisir que je le fais.

↑ Masquer
↓ Lire la suite

Sandra BEYER

SAM_3718

Sandra BEYER : Difficile de vous parler de moi pour me décrire car je n’aime pas vraiment faire ça…. Mais quand il le faut, il le faut, alors allons y…..un peu !

 

J’ai 38 ans et je suis maman de deux enfants, le sport a toujours été un moteur dans ma vie et c’est bien à travers lui que j’ai à chaque fois aimé partager les moments les plus simples auprès des gens que j’ai pu rencontrer durant toutes ces années.

 

Le hasard fait toujours les belles rencontres, c’est ainsi que j’ai découvert le projet « Les Valeurs de la Vie ». Je partage entièrement leurs principes et c’est vraiment sur un coup de cœur et sans me poser de questions que je me suis proposée dans la mesure de mon possible pour donner un coup de main, afin que le rêve des personnes que j’ai rencontré devienne une réalité, car c’est bien là l’essentiel.

 

Il n’y a rien à rajouter à cela, maintenant il ne reste plus qu’à…..!!!

 

                                                         

 

↑ Masquer
↓ Lire la suite

Mélanie

 

photo

 

↑ Masquer
↓ Lire la suite

Camille SIMONIN

 

photo 6

 

↑ Masquer
↓ Lire la suite

Bilel OUDIA

  20130822_154827

Bilel Oudia : j’ai 26 ans et j’occupe actuellement le poste de chauffeur à la Maison Oberkirch. Ce projet est pour moi une occasion de pouvoir me surpasser afin de vivre une expérience extraordinaire et inoubliable… Donner un sens à ma vie est quasiment vital !

↑ Masquer
↓ Lire la suite

Nicolas KRAUTH

nicolas-krauth

Nicolas KRAUTH, 44 ans, coureur de l’Association « Dunes d’Espoir », passionné par la nature, les grands espaces, le sport, la musique, je crois en la valeur de l’humain et je souhaite apporter ma contribution au projet « Les Valeurs de la Vie » !

↑ Masquer
↓ Lire la suite

Thierry Loeber

thierryJ’ai 49 ans.

J’aime la nature et le sport : résultat, je pratique le trail, le vtt, le ski de fond et la randonnée.

Ce qui me motive dans ce projet : vivre une aventure humaine …

Comment me reconnaître : je porte très souvent un bandana…

↑ Masquer
↓ Lire la suite

Franck Suzon

franckDirecteur de l’Entreprise Adaptée APF Entreprises Alsace

Passionné et homme d’action on me dit bon camarade et respectueux.

Loisirs : La course à pied en Montagne -­‐Trail -­‐ et les nouvelles technologies.

Surnommé CAPITAIN FLAM par les « Bouddha Lay » lors du Raid Courrier Sud 2009.

↑ Masquer
↓ Lire la suite

Eric Schwoebel

ericAventurier,

Combatif, ( il se verrait bien dans une armure « rouillée » , tel un chevalier allant au combat )

Persévérant,il fonce tête baissée…. ( parfois seulement….)

Jeune dans sa tête, il croit toujours qu’il a 20 ans ( il en a 49 ! ) Ne lui dites surtout pas qu’il a des cheveux gris !! ;o)…………

 

« Je suis très inspiré par les citations d’Antoine de St Exupery, elles me parlent et je m’en inspire très souvent.

Elles font partie de mes valeurs , et j’essaie de les mettre en application dès que possible. »

« Etre homme, c’est précisément être responsable. C’est sentir, en posant sa pierre, que l’on contribue à bâtir le monde « 

« Il faut autour de soi, pour exister, des réalités qui durent »

« Fais de ta vie un rêve, et d’un rêve une réalité »

« Pour ce qui est de l’avenir, il ne s’agit pas de le prévoir, mais de le rendre possible « 

« Rien n’est impossible, il suffit de le rendre possible »

 

↑ Masquer
↓ Lire la suite

Sandrine Chevard

sandrineResponsable qualité sécurité environnement à l’EA APF de Tours

Pour me définir, j’ai laissé parler mes copines de l’athlé et mon entraîneur et cette phrase vous a déjà donné ma passion : l’athlétisme (1500 à 5000m sur piste- cross- 10 km et semi-marathon).

« C’est mon chat noir avec un appétit d’oiseau » JEAN MARIE (le coatch).

« Discrète-sait se démener pour l’esprit d’équipe- se donne à fond » SYLVIE

« Sportive, très active et dynamique- volontaire et très courageuse, elle doit toujours parvenir à ses fins- dans ses relations amicales, toujours à l’écoute de l’autre » MARINA

« Bonne camarade de club, souriante, gentille, toujours prête à rendre service et très discrète » SUZANNE

« Sandrine avec toi l’amitié fait le tour du monde » MICHELINE

Je confirme que je n’irai pas dévorer dans votre assiette et qu’il m’arrive toujours des trucs impensables. Mes autres passions sont la cuisine, la lecture.

Par ce projet, je souhaite partager cette aventure, apporter du rêve à des personnes en situation de handicap et montrer que l’handicap n’est pas un frein à la vie, que même avec un handicap nous pouvons vivre des moments extrêmes.

↑ Masquer
→ Retour haut de page